Post Pulvis Réversibilité est mon premier recueil de poèmes publié. À cette époque, il a été diffusé sous mon nom civil, c’était peu avant le début de mes aventures artistiques sous le nom de Why’z Panthera.


Bien que ma collaboration avec Elzévir a été courte (jusqu’à ce que je commence à réclamer mes revenus en somme…), je garde la fierté d’avoir franchi le pas vers la diffusion de mon travail poétique.


Le recueil n’est plus disponible aujourd’hui, mais je vous laisse sur cette page avec un des poèmes clés, puis la Note de l’auteur dans la visionneuse PDF ci-dessous.

Le trouble du rêveur

 

Y a-t-il quelque oreille qui ait pitié du faible

Craignant trop la charrue et admirant les fables ?

Y a-t-il quelque oracle qui offre au poète

L’éternité du verbe au-delà de l’esthète ?

 

Volonté du rêveur dis-moi si tu existes ;

Montre-moi l’illusoire palais qui me résiste

Loin des instants de liesses, dans mes heures de veines.

Dis-le-moi si ma quête n’est qu’aspiration vaine…

 

En automate vil j’imite mes semblables

Or, au fond de l’argile ils demeurent innombrables,

Tous ces vœux ignorés de l’œil qui me regarde.

Dis-le-moi si tu vois les souhaits que je garde…

Cependant que mon cœur s’élève à l’inconnu,

J’espère une harmonie que nul n’a entendue.

– J’attends la symphonie de ta voix timorée. –

Gratifie le fébrile qui t’est dévoué ;

 

Répond à la plainte d’un féal de l’éther.

Aspiration rêveuse dis-moi quel est ce fer

Dont mon être est gravé alors que ma conscience

Projette à satiété les victoires de la science…

 

Matrice de mes rêves y a-t-il un refuge

Pour le rêvant fragile friand de subterfuges ?

Y a-t-il quelque philtre, quelque breuvage d’érable

Pour panser les aigreurs du bonheur improbable ?…

 

W.P