Textes

Je suis venue, j’ai vu, maintenant je repars ;Douze jours dont les heures s’insèrent dans ma mémoire. J’ai revu les montagnes et revu les rivagesQui servaient de décor à mes rêves d’idylle.J’ai revu les communes et revu les personnesDont le nom m’échappait et quelquefois les traits. Karukéra, sublime, tes eaux m’ont enchantée– Tes rivières limpides […]

Lire la suite

Il y a longtemps que je n’avais pas ressentiLa sensation ultime de l’encre sur la feuille.Si lointaine, pourtant, elle revient aujourd’huiTout aussi familière qu’une très vieille amie. Comment vas-tu, ma Muse, donne-moi des nouvellesDe ces contrées lointaines contées dans tes chants.Donne-moi des nouvelles des rimes anciennesEt des proses antiques que tu aimais à dire. Je […]

Lire la suite

— Oser la révérence au sommet de sa gloire,Baisser le couvre-chef au milieu de ces chauves,Humilité suprême, honneur consolidé… — « À quoi bon cantonner ma vigueur à ce fauxLeitmotiv qui n’est plus que vive illusion ?Pauvres, faibles sont ceux qui refusent d’admettreQue le jour a changé de même que les cœurs !Ce que je fis hier garantit […]

Lire la suite

Y aller et creuser, bêcher jusqu’à l’intime.Descendre, passer les marches qui éloignent la lave.Oppresser la Terre par sa peau de rapière,L’éprouver en agrume que l’on pèle et arrache. Se vouer corps et âme à l’assaut de l’essenceRefoulée, égarée au-dessous de nos chairs.Oublier l’espace et ignorer le temps,S’immerger en sa brèche qui traverse les terres. Penser […]

Lire la suite

Oubliez-donc l’histoire, frères et sœurs d’infortune,De siècle en siècle, toujours, achevez vos semblablesSans égard pour ce leurre que l’on nomme respect ! La violence et la haine doivent être vos armesContre l’égalité des êtres dissemblables.Qu’importent les soupirs de ces minoritésQui dérangent l’ensemble et refusent leur sort ! Même si nul ne sait ce que veut […]

Lire la suite

Danaïdes, j’abhorre votre présent mauditQui prétend faire du pauvre un riche d’abondance.À quoi bon l’apparence du plein – et ses efforts ! –Si Chronos, impuissant, ignore l’heure finale ? « Vois donc, vois donc, ma patience m’abandonne ;Comme peau de chagrin, elle s’en va, elle n’est plus »*Disais-je un temps à ma Muse, fidèle témoinDe l’impotence de Pax à calmer […]

Lire la suite

Pourquoi te caches-tu, ma Muse capricieuse ?Pourtant ma plume appelle et je n’entends sa voix.Pourquoi m’imposes-tu cette absurde aphonieAlors que je veux dire et parler et me dire ? J’ai mille et un sujets que je voudrais écrire,Dont je voudrais orner l’infinité des pages,Parer les lignes de mots, d’impressions et d’idéesQue j’aurais assemblés au fil des jours, […]

Lire la suite

J’aimerais juste parfois que l’aiguille s’arrête,Interrompe sa course vers plus tard, vers demain. Une seconde…Juste une seconde tenue là, dans l’espace,L’espace d’une minute. Une seconde…Une seconde pour penser, repenser au présent,A la cavalcade des jours qui s’enchainent automates,Actions systématiques, systémiques, dérisoires.Une seconde pour dire que la raison s’éteint… Une seconde…Un instant, me poser, me pauser […]

Lire la suite

J’aimerais toujours vivre sans la mort aux trousses.J’aimerais respirer sans jamais m’arrêter.Que rêve serait le monde sans folle humanitéErrant à sa guise, croyant être la rescousse  D’une terre qui périt. Loin d’eux la main fautive !Ils sont bien entendu innocents de l’enfantJusqu’à l’adulte, qui ne peut faire autrementQu’entamer à souhait sa matrice attentive Dont l’unique […]

Lire la suite

Vois donc, vois donc, ma patience m’abandonne ;Comme peau de chagrin, elle s’en va, elle n’est plus… Muse de mes heurs que je croyais si loin,Bienvenue dans ton antre, ma conscience, à jamais.Te revoici, auteure de mes maux, de mes cris,En ce jour ténébreux où la page en sirèneTente ma main fébrile qui lui offre […]

Lire la suite